Livraison et installation des premiers métiers à tisser

Mardi 6 août 2013 : Afrika Tiss reçoit Monsieur Coulibaly, tisserand en provenance de Djibasso – ville située dans la province du Kossi, à quelques kilomètres de la frontière malienne – et appartenant à l’ethnie Bwa Ba. Présent à nos côtés pour un mois, nous avons le privilège de découvrir avec lui la richesse et la diversité des motifs tissés dans sa région. Ils sont, pour Nathalie, la designer textile collaborant à la première collection d’Afrika Tiss, une source inépuisable d’inspirations.

Avec Monsieur Coulibaly,  la cour d’ Afrika Tiss s’enrichit de son premier métier à tisser. De facture traditionnelle et rudimentaire, cet équipement est conforme à ceux généralement fabriqués dans les villages, à quelques détails près : des planches de bois se sont substituées aux branchages, moins accessibles ici, à Ouagadougou.

Installation du métier à tisser traditionnel de Monsieur Coulibaly.

Installation du métier à tisser traditionnel de Monsieur Coulibaly.


Monsieur Coulibaly finalisant l'installation de son métier à tisser.

Monsieur Coulibaly finalisant l’installation de son métier à tisser.


Tisserand travaillant sur un métier à tisser traditionnel - à partir de branchages - dans un village Samo, au Nord du Burkina Faso.

Tisserand travaillant sur un métier à tisser traditionnel – à partir de branchages – dans un village Samo, au Nord du Burkina Faso.


Samedi 10 août 2013, 8h du matin: Le centre textile d’Afrika Tiss se voit doté de ses deux premiers grands métiers à tisser en bois et à navette volante. Une fois les salutations et le déchargement du tricycle effectués, les ouvriers se mettent au travail : assemblage, sciage, vissage, vernissage rythment dès lors cette matinée ensoleillée. Quelques heures plus tard le travail s’achève.

Et voilà un premier grand métier en bois quasiment prêt à l'usage!

Et voilà un premier grand métier en bois quasiment prêt à l’usage!

Les ouvriers reviennent le lundi qui suit pour les dernières finitions.


Réglage et fixation des lices sur les grands métiers à tisser

Réglage et fixation des lices sur les grands métiers à tisser.


Ils nous livrent en complément 4 métiers à tisser métallique de plus petite largeur (60 cm) qui viennent agrandir le rang des équipements du centre.


Arrivée des petits métiers à tisser métalliques

Pour infos :

Le Centre d’Afrika Tiss privilégie pour ses activités, les trois types de métiers à tisser les plus répandus au Burkina Faso. Ces métiers sont fabriqués localement par des menuisiers et des soudeurs spécialisés dans ce type d’équipement.

  • Le métier à tisser traditionnel réalisé à partir de branchages ou de planches: Réservé aux hommes dans les villages, il permet de réaliser des bandes de petites largeurs. Dans le cadre des activités du centre d’Afrika Tiss, il servira essentiellement pour les recherches de nouveaux motifs inspirés de traditions ancestrales.
  • Le métier à tisser en bois et à navette volante : Plus moderne et plus rapide, il  permet une production semi-industrielle et l’obtention de plus grandes largeurs tissées. Des menuisiers burkinabé ont été formés de manière à encourager leur fabrication locale.
  • Le métier à tisser à pédales a été introduit dans les années 50 par des sœurs missionnaires pour encourager les femmes à se former aux activités de tissage plus rémunératrices que la seule filature. Il est désormais privilégié par toutes les tisserandes qui tissent, dans les grandes villes, le Faso Dan Fani – pagne rayé caractéristique du Burkina Faso.

 


Tisserande réalisant un pagne "Faso Dan Fani" et tisserande portant le pagne Dafi correspondant à une ethnie du Burkina Faso.

Tisserande réalisant un pagne « Faso Dan Fani »

Jeu de pédales du métier à tisser métallique

Jeu de pédales du métier à tisser métallique