L'actualité d'Afrikatiss

La fonderie du bronze, ballet de feu et de métal en fusion

 

Sur le rythme des percussions traditionnelles, l’artisan bronzier devenu chorégraphe d’éléments en incandescence, nous convie à un ballet  hypnotique de flammes et de métal en fusion. Par étape successive et avec une grande dextérité, il transforme une viscosité rougeoyante, semblable à une coulée de lave, en silhouettes de danseuses au corps solidifié et à la grâce aérienne.

Présentation en vidéo:

Fonderie du Bronze: ballet de feu et de métal en fusion
Fonderie du Bronze: ballet de feu et de métal en fusion

Le lien de la vidéo: https://vimeo.com/79797932

 

Présentation de l’artiste bronzier

Arouna SINI se présente lui même comme un homme à plusieurs étoiles, ce qui signifie ici qu’il a plusieurs cordes à son arc : transitaire, guide touristique, chauffeur, responsable relations publiques,… il sait saisir les opportunités qui se présentent à lui de manière à couvrir ses dépenses journalières. Cependant, sa vraie passion c’est l’art, qu’il pratique notamment en tant que sculpteur/bronzier.


Arouna SINI, artiste bronzier

Arouna SINI, artiste bronzier

Composition du bronze et origine de la technique Le bronze est un alliage composé de cuivre et d’étain. Si la technique du bronze à la cire perdue est aujourd’hui caractéristique de l’artisanat du Burkina Faso, ses origines sont peu connues. Elle est souvent pratiquée par des familles de forgerons ayant délaissé la forge et l’acier au profit d’un alliage plus précieux et plus lumineux. Ce savoir-faire auquel de nombreuses populations africaines confèrent une portée magique et hautement symbolique a longtemps été réservé à quelques spécialistes constitués en corps de métier afin d’en préserver le secret. Dépassant les seules frontières du métal, le forgeron est doté de dons le conduisant à l’intersection des mondes, là où s’entrecroisent la lumière et l’obscurité, le visible et l’invisible, le matériel et l’immatériel.


Ballet de feu de métal en fusion

Ballet de feu de métal en fusion


Les différentes étapes de transformation

1/ Réalisation d’une première empreinte dans un moule en plâtre

A partir de cette empreinte, on obtient une épreuve simplifiée du modèle en cire – ici, le corps immobilisé et raidi de la figurine – ayant pour principal avantage sa reproductibilité en petite série.


Première épreuve en cire de la figurine

Première épreuve en cire de la figurine


2/ Modelage et sculpture de la cire

La cire d’abeille tiédie est modelée puis sculptée à l’aide d’un couteau afin de réaliser avec minutie les détails de la figurine. Ce modèle en cire est ensuite recouvert d’un mélange réfractaire composé d’argile (banco)  et de crottin, qui forme le moule. Généralement, plusieurs couches sont nécessaires : la première permet d’épouser les moindres détails et les suivantes viennent consolider la structure. 3/ Le « décirage » Une fois séché au soleil, le moule terreux est cuit au feu de bois pour faire fondre la cire et l’éliminer. Cette étape dénommée le décirage permet d’obtenir la sculpture en creux.


Four en terre

Four en terre


4/ La fonte du bronze

Dans le même temps, le bronze obtenu à partir de métaux de récupération est placé dans un creuset – récipient en acier – déposé dans un four au sol en terre alimenté au charbon de bois et ventilé à l’aide d’une roue de bicyclette.


Fonte des métaux de récupération

Fonte des métaux de récupération


5/ La coulée

Lorsque l’alliage déposé dans le creuset devient liquide, ce métal en fusion est versé dans le moule d’argile, maintenu très chaud, à l’aide d’une louche en acier épais. Le métal liquide se répand alors dans l’espace précédemment occupé par le modèle de cire.


Coulée du métal en fusion

Coulée du métal en fusion


Ouverture dans le moule d'argile pour le coulage

Ouverture dans le moule d’argile pour le coulage


Coulage du métal en fusion dans le moule

Coulage du métal en fusion dans le moule


6/ Les finitions

Il faut ensuite laisser le métal refroidir avant de casser le moule d’argile qui le recouvre. Il libère alors la pièce de bronze qui présente encore quelques irrégularités. L’artiste bronzier peut enfin procéder aux dernières finitions : ébarbage, ciselure, ponçage, polissage, patine,… qui donneront à la sculpture son aspect définitif.

Pour pratiquer

La Coulée d’Art est une association qui organise régulièrement des ateliers de sculpture et coulée en bronze par la technique à la cire perdue en région parisienne et au Burkina Faso. Toutes les infos sur leur site: www.couleedart.fr

Pour revoir la vidéo de présentation : https://vimeo.com/79797932

+ Découvrez nos autres