Centre d'excellence textile

Activités

Chronogramme des activités

1. Module de tissage « Dessins brochés sur petits métiers »

Les tisserandes bénéficiaires de notre programme ont démarré leur cursus de formation au sein du centre par un module dédié aux dessins brochés sur des petits métiers métalliques (environ 40 cm de largeur) dotés de deux pédales. Les motifs réalisés sont inspirés du patrimoine textile Bwa Ba, une ethnie majoritairement représentée dans le nord ouest du Burkina Faso, à la frontière malienne, reconnue pour la dextérité de ses tisserands, également griots. Nous avons adapté ces motifs traditionnels afin de les transposer sur des équipements plus modernes et plus adaptés à un usage féminin.
Les tisserandes maîtrisent actuellement 4 motifs (dam-dam, carré rayé, Djibasso, grain de riz) déclinés en plusieurs coloris.
Les premières bénéficiaires, formées courant 2014, sont devenues formatrice et ont transmis leurs connaissances à de nouvelles jeunes femmes qui ont, depuis, également intégré le centre. Désormais, une trentaine de femmes participent à la production des tissages sur petits métiers.

Artisan sur un grand métier

Formation des tisserandes à l'utilisation des grands métier

Formation des tisserandes sur les grands métier

Formation des tisserandes sur les grands métier

2. Tissage sur grands métiers à 4 pédales

Les grands métiers en bois à 4 pédales offrent un potentiel non négligeable en termes de débouchés, notamment dans le secteur de la décoration (tissus d’ameublement, linge de table et de maison). Un programme est actuellement en place afin que toutes les tisserandes bénéficiaires puissent produire aussi bien sur les petits métiers que sur ces équipements plus modernes et plus performants.
10 femmes ont déjà suivi un module d’initiation qui devrait se poursuivre prochainement par un module d’approfondissement. Elles se sont familiarisés avec ce métier artisanal de type européenne et comprennent les différentes étapes du montage, notamment l’enfilage et l’empeignage. Elles ont également été initiées à l’analyse et à la lecteur d’un tissu et à la réalisation de sa représentation graphique.
De premiers échantillonnages ont été réalisés afin d’introduire, après les formations, de nouveaux produits tels que plaids, étoles, nappes, dessus de lit,…

3. Formation « Maîtriser la teinture des fils »

La formation en teinture des fils est animée par un organisme local, AFRIKOLOR, spécialisé dans la teinture à partir de colorants de synthèse garantis sans métaux lourds. Si les femmes tisserandes ont déjà des notions de teinture, cette formation permet d’introduire dans leur pratique l’usage de la balance et le recours à des adjuvants de meilleure qualité que ceux habituellement commercialisés sur les marchés.
En acquérant une meilleure maîtrise des dosages et des quantités, les femmes sont en mesure d’obtenir des rendus de couleurs plus précis et donc plus facilement reproductibles, et de limiter les coûts liés aux matières premières. Enfin, cela leur permet de réduire l’impact sanitaire et environnemental de cette pratique, en diminuant les quantités de colorants et d’adjuvants – composants nécessaires à la fixation des couleurs.

Nazaire Bado, le représentant local d'Afrika Tiss au Burkina Faso teint des fils

Teinture de fils couleur indigo

Nuancier de bleu séchant au soleil

Fils teints de plusieurs couleurs séchant au soleil

Formation à la teinture naturelle

Connaître les doses de produits à appliquer

Teinture sur fils

Remise de diplômes de la formation

4.Initiation aux teintures naturelles

Par petits groupes, les tisserandes ont suivi des initiations aux techniques de teinture naturelle par mordançage. Elles ont assimilé les différentes étapes de préparation : nettoyage des fils avec l’huile de ricin, mordançage à base d’alun et/ou de fer puis trempage des fils dans les bains de nature à base de plantes grand teint ou locales: cochenille, henné, écorce de n’peco, ngalama. En trempant successivement les échevettes dans différents bains de plantes, les artisanes ont pu réaliser des mélanges de couleurs afin d’élargir la gamme chromatique obtenue entièrement à partir de plantes.
Ces couleurs étant toutefois particulièrement délicates, leur maîtrise est plus difficile. Ces teintures n’ont donc donné lieu qu’à de petites collections capsules. Nous espérons cependant approfondir leur usage par la suite afin de proposer une gamme de produits entièrement teints à partir de plantes.

5. Création d’un petit atelier de couture :

Après avoir privilégié dans un premier temps les collaborations avec des ateliers de couture d’insertion en région parisienne ou des petits ateliers à Ouagadougou, nous avons, plus récemment, créé notre premier atelier, à proximité de l’atelier de tissage. Une douzaine de jeunes femmes ont pu être formées en vue de participer à la confection des accessoires de nos collections. Celles qui participent à la production sont désormais en mesure de travailler à partir d’un patron, de réaliser la coupe du tissu, de préparer l’assemblage, de maîtriser les finitions et de s’assurer du bon entretien des équipements. Nous sommes progressivement en mesure de recentrer davantage les activités coutures au niveau du centre afin d’envisager à terme une filière textile totalement intégrée.

Connaître la machine à coudre

Connaître la machine à coudre

Connaître la mécanique de la machine à coudre

Calcul des dimensions d'une pochette

Réalisation de l'assemblage

Première utilisation de la machine à coudre

Aidées par Mariette Chapel, les artisanes s'inspirent des magazines de mode pour la création de la première collection

Inspiration au travers des magazines

Préparation d'un moodboard

Création du moodboard

Le moodboard des artisanes du centre d'excellence textile

6. Module de découverte « Créativité »

A partir de magazines de mode et de décoration, les tisserandes ont proposé à l’ensemble du groupe de nouvelles combinaisons de couleurs. Elles ont ensuite mis en pratique les choix qui avaient fait l’unanimité.
A partir d’images et photos découpées, elles ont aussi réalisé des planches tendances ou « mood board ».
Les tisserandes sont ainsi sensibilisées à l’origine des tendances mais aussi leurs sources et leurs modes de diffusion.
A l’avenir, nous souhaitons intégrer de plus en plus les propositions créatives des femmes de l’atelier ( tisserandes et couturières) dans nos futures collections.

7. Alphabétisation

En complément des formations techniques, les femmes ont la possibilité de suivre des cours d’alphabétisation incluant l’apprentissage du calcul, de la lecture et de l’écriture. Elles gagnent ainsi en autonomie dans leur activité commerciale mais également dans la gestion de leur quotidien.

 

8. Commerce équitable

Les femmes qui ont suivi les formations sont ensuite directement associées à la production du centre et rémunérées à la pièce avec un prix juste supérieur aux pratiques locales et leur garantissant un revenu équitable.

L’évolution et le renouvellement de la gamme de produits est pensé et élaboré en concertation avec les femmes, dans le respect de leurs compétences, en vue d’élaborer des collections textiles contemporaines directement inspirées de leur patrimoine ancestral.