Journée mondiale des réfugiés 2019

La journée mondiale des réfugiés

#StepWithRefugees 

    Un réfugié est une personne qui se trouve hors du pays dont elle a la nationalité ou dans lequel elle a sa résidence habituelle ; qui craint avec raison d’être persécutée du fait de son appartenance communautaire, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques ; et qui ne peut ou ne veut se réclamer de la protection de ce pays ou y retourner en raison de la dite crainte.

Convention de 1951 relative au statut des réfugiés

Origine de la journée mondiale des réfugiés

    Chaque année depuis 2001, le 20 juin célèbre la Journée Mondiale des Réfugiés.

    Auparavant, différents pays faisaient leur propre « journée des réfugiés », et c’est le 4 décembre 2000 que l’Assemblée générale des Nations Unies choisit cette date, en hommage à la « journée africaine des réfugiés » qui se tenait le même jour.  L’objectif de cette journée est de sensibiliser l’ensemble de la population sur ce sujet qui a touché et qui touche encore tous les continents. En effet, l’UNHCR, l’Agence des Nations Unies pour les Réfugiés, affirme qu’il existe actuellement 70 millions de personnes déracinées à travers le monde qui fuient les conflits et les persécutions.

Le conflit au Mali

    Depuis 2012 une guerre sévit au Mali, un pays d’Afrique occidentale frontalier du Burkina Faso. Le nord du pays est traversé par le Sahara et le Sahel, et est composé principalement de populations arabes et Touaregs nomades. C’est une région vaste et aride, difficilement maîtrisable par l’Etat, où prolifèrent des trafics de clandestins, de drogues et d’armes. C’est dans cette zone instable que des groupes terroristes ont trouvé refuge.

Le conflit éclate en 2012, lorsque des anciens combattants Touaregs du général Khadafi, de retour au Mali après la chute du régime libyen, attaquent l’armée Malienne dans le but d’obtenir le contrôle d’une région du nord du pays appelée Azawad.

La situation dégénère rapidement et de nombreux groupes armés s’affrontent quotidiennement : des groupes rebelles Arabes, Peuls et Touaregs, des groupes salafistes-djihadistes et l’armée Malienne, entre autres.

La fragilité de la région sahélienne, la prise de contrôle islamiste au nord et la déliquescence du pouvoir de Bamako rendent la situation alarmante. Les affrontements religieux et inter-ethniques provoquent instabilité politique et sécuritaire, faisant de nombreuses victimes. Le pays est la cible répétée d’attaques, attentats, enlèvements, coup d’état, obligeant la population en danger à trouver refuge dans les pays frontaliers, notamment au Burkina Faso.

Les réfugiés au Burkina Faso

    Le Burkina Faso accueille près de 25 000 réfugiés. La grande majorité (environ 24 000 individus) est originaire du Mali, fuyant la crise sociopolitique et militaire. Le Burkina accueille également quelques réfugiés Centrafricains, Tchadiens, Congolais, Burundais, Rwandais et Togolais.

    Les réfugiés au Burkina Faso sont regroupés dans 2 camps dans la région du Sahel, au nord-ouest du pays, dans les villes de Djibo et Dori.

© UNHCR Famille malienne réfugiée dans le camp de Goudebou, Burkina Faso

    La sécurité se détériore fortement dans cette zone frontalière : la menace terroriste s’est très largement étendue au Burkina Faso qui a décrété, fin 2018, l’état d’urgence dans 14 provinces au nord et à l’ouest du pays. Ainsi, de nombreux déplacés préfèrent quitter les camps de réfugiés pour rejoindre le centre du pays. 

Tentes d’habitation, camp de Mentao, nord du Burkina Faso

Troupeau de chèvres d’Oumar Agali, artisan et éleveur, camp de Mentao

    L’insécurité croissante pousse également de nombreux Burkinabè vivant dans la zone Sahélienne à migrer par vagues vers le sud. Cette semaine, ce sont 800 nouveaux réfugiés provenant de la province de Soum, dans le nord-ouest du Burkina Faso, qui sont arrivés à Ouagadougou. Principalement des femmes et des enfants, ils ont fui leurs villages dans lesquels plusieurs hommes ont été assassinés. Ils ont été installés dans des mosquées, églises et écoles en attendant de leur proposer un lieu d’accueil plus adapté.

Afrika Tiss et l’UNHCR main dans la main pour favoriser l’intégration économique des réfugiés

    L’UNHCR a été créé en 1950, afin de venir en aide aux millions d’Européens ayant fui ou perdu leur foyer pendant la Seconde Guerre mondiale. Son objectif est, aujourd’hui encore, de protéger les réfugiés, en sauvegardant leurs droits et leur bien-être. Dans les camps au nord du Burkina Faso, ils mettent à disposition des réfugiés de l’eau potable, des abris et assurent l’accès à l’éducation des enfants.

    Le HCR se charge aussi de travailler avec les réfugiés pour qu’ils puissent s’intégrer dans les communautés locales et ainsi devenir autonomes. Parmi les réfugiés Touaregs on trouve de nombreux artisans. C’est ainsi qu’a été créé le programme MADE 51, initié par l’UNHCR, qui vise à mettre en relation des artisans réfugiés avec des entreprises et associations locales et sociales afin de favoriser leur intégration économique.

    C’est dans le cadre de ce programme qu’Afrika Tiss a enrichi son champ de création avec de nouveaux projets, de nouveaux savoir-faire et de nouveaux matériaux. Notre collaboration avec les réfugiés Touaregs est née. Elle a d’abord pris la forme d’une résidence artistique « Design for Peace », qui a eu lieu en 2016,  pendant laquelle des designers parisiens sont venus à la rencontre des artisans Touaregs. La fusion des cultures, des savoir-faire, des traditions, de l’artisanat et du design a fait émerger une gamme de produits incarnant cette rencontre fertile.

Collaboration entre Sidi Mohamed ELMEHEDOU et Cathy AMOUROUX lord de la résidence artistique Design for Peace, Ouagadougou, Burkina Faso, Mars 2016

    Les artisans ont appris à être force de proposition, à imaginer des produits innovants afin que leurs savoir-faire deviennent une véritable source de revenus. Même si notre collaboration, toujours d’actualité, continue de nous être bénéfique mutuellement, elle a aussi permis aux artisans réfugiés d’acquérir une clientèle locale et de gagner une autonomie financière dans leur pays d’accueil : le Burkina Faso.

Fabrication d’un bol en métal martelé et gainage de cuir, camp de Goudebou, Nord du Burkina Faso

Notre collection estivale 2019 de bijoux et bols et cuir  et métal réalisée en collabiration avec les artisans régufiés maliens

Venez découvrir !

    Les collections d’Afrika Tiss sont le fruit de collaborations artistiques et interculturelles qui permettent de réinterpréter des traditions artisanales tout en les ancrant dans des tendances plus contemporaines afin de leur offrir de nouveaux débouchés. À terme, leur commercialisation permet à des artisans talentueux mais souvent défavorisés d’améliorer leurs conditions de vie en faisant de l’artisanat un levier de développement.

    Pour découvrir les pièces créés par les artisans réfugiés résidant dans les camps au Nord du Burkina Faso, rendez-vous dans la boutique Storie dans le quartier de Montparnasse (20 rue Delambre, 75014) jusqu’au 22 juin et tous les week-ends dans notre showroom aux Grands Voisins. Vous souhaitez en savoir plus sur le savoir-faire artisanal africain et bénéficier de nos offres spéciales .

↓↓ Inscrivez-vous à notre newsletter en bas de page ↓↓